• Chanteloup poar Jean Puel

    « Château de Chanteloup »

                Cliché J. Puel. - Positif rectangulaire sur papier «aristo» satiné, collé sur papier de Chine intermédiaire beige, lui-même collé au centre d'une cuvette rectangulaire aux angles arrondis d'un carton support blanc rectangulaire. - Signature au crayon sous l'angle inférieur gauche de la photographie. - Titre au crayon sur le carton support de la main de l'auteur. - Format photo : 11,3 x 16,2 cm. - Format papier intermédiaire : 12 x 17 cm. - Format carton support : 17,9 x 24 cm. - Négatif d'origine sur plaque de verre au gélatino-bromure d'argent.

                 Photographie printanière de l'arrière du château de Chanteloup qui est éclairé latéralement de la gauche. Le soleil se reflète sur l'eau des douves et scintille sur les rides que le vent crée sur cette surface limpide. Les masses sombres des arbres contrebalancent les grands espaces clairs du ciel sans nuage. L'espace aqueux du premier plan isole le château d'une végétation abondante qui aurait étouffé l'architecture. Ce tirage est soigné, bien contrasté, chaque détail apparaît nettement, les vaguelettes de l'eau des fossés, les branches des arbres dénudés.

                Puel n'a pas jugé utile de tirer le négatif entier, il manque 1,5 cm. à gauche et 0,5 cm. à droite, 0,5 cm. en haut et 0,4 cm. en bas. Ce manque plus important à gauche est dû à la masse sombre des arbres qui aurait été trop importante par rapport au reste de l'image et aurait déséquilibré l'ensemble. Il a donc légèrement recadré sa photo car un retirage, d'après le négatif original, de 1929 (ou 1930?) de Serrand montre l'image entière(VI/41), et sur les bords apparaissent des imperfections ; il en subsiste une dans l'angle inférieur gauche due à un mauvais étalement de la gélatine sur la plaque de verre, cela enfin lui permet de recadrer au plus serré sa composition et d'équilibrer les masses claires par les sombres. Ce retirage est sur un papier argentique très brillant sans souci de présentation sur un carton support. La photographie est nue avec au dos le tampon humide rond de Serrand portant ces mentions : SERRAND PHOTO / GRANVILLE / (Manche). Le retirage est trop contrasté et mange de ce fait tous les détails délicats de ce paysage que Puel avait si bien rendus. En outre Serrand tire le négatif entier sans prendre garde à l'effet esthétique de l'ensemble et laisse apparaître les petites imperfections du développement de la plaque négative, surtout sur le bord latéral droit et les deux angles inférieurs de l'image.

               Là où Puel avait une recherche esthétique, une volonté artistique du rendu de son image, Serrand rend une image «commerciale», plate, sans aucune originalité, si ce n'est l'angle de prise de vue qui était l'oeuvre de Puel.

                Un autre cliché, de la façade la plus belle du château, a été fait, peut-être le même jour, et la seule trace qu'il nous en reste est sa reproduction dans l'ouvrage de Jean de Foville et Auguste Le Sourd intitulé «Les châteaux de France»[1].

                Ce cliché apparaît sous forme ovale, comme nous l'avons vu, dans le dépliant vert du Syndicat d'Initiative de 1929 et signé J. Puel (N°5), et dans le dépliant rouge mais signé Serrand. Il figure aussi p.21 du fascicule «Granville Monaco du Nord» de 1931 sous forme rectangulaire avec la même présentation que le tirage original connu de Puel.

                            Enfin ce cliché n'existe pas, à ma connaissance, sous forme de carte postale phototypique.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :