• Jouvin, Léon Pierre. - Voyage en Normandie - Port de Granville. - Photographie stéréoscopique sur papier albuminé. Vers 1860

     

    JOUVIN, Léon Pierre

    Mesnil-Clinchamps 1829 - ? - Actif 1857 à 1863

    296, rue Saint-Martin 1857, 35, rue du Faubourg Saint-Martin ca1863 à Paris

    Magasin repris par Jules Marinier en 1864. - Voignier lui donne le prénom de Louis.

    Sources : "Bibliographie de la France", 1857 à 1858. - "La photographie stéréoscopique sous le second empire", 1995. - Voignier.

    Granville au XIXe siècle

    Lefrançois, Pierre François. - [Homme assis souriant]. - Photographie au format carte de visite sur papier albuminé. Vers 1870

    Granville au XIXe siècle

    Granville. - Photographie sur papier baryté 11 x 8,7 cm. Vers 1900

    Granville au XIXe siècle

    Godard, Ulysse Arthur. - [Jeune garçon dans une barque]. - Photographie au format carte de visite sur papier albuminé. Vers 1880

    Granville au XIXe siècle

    Neurdein, frères. – 172 Granville - Le port. - Photographie au format cabinet sur papier albuminé. Vers 1885

    Granville au XIXe siècle

    Rue Notre Dame (Granville). - Photographie stéréoscopique sur papier albuminé. Vers 1875

    Granville au XIXe siècle

    Granville. Rue Saint-Jean. - Photographie sur papier baryté. Vers 1895

    Voici la rue la moins photographiée de Granville.

    Granville au XIXe siècle

    Granville. Rue Lecampion. - Photographie sur papier baryté. Vers 1895


    votre commentaire
  • [École de bonnes sœurs]. - Photographie au format carte de visite sur papier albuminé. Vers 1860

    Granville au XIXème siècle

    Adèle Tesnière, femme d’Alphonse Lemaître. – Ambrotype. Vers 1860

    Granville au XIXème siècle

    Ménard, Auguste. - [Granvillaise assise]. - Photographie au format carte de visite sur papier albuminé. Vers 1865

    Granville au XIXème siècle

    Godard, Ulysse Arthur. - [Soldat avec harnachement complet]. - Photographie au format carte de visite sur papier albuminé. Vers 1890

    Granville au XIXème siècle

    Granville (Manche). - Photographie au format carte de visite sur papier albuminé. Vers 1860

    Granville au XIXème siècle

    Arrivée du bateau de Jersey à Granville. - Photographie sur papier baryté 8,2 x 11,1 cm. Vers 1895

    Granville au XIXème siècle

    Photoglob. – 9722 Granville. La tranchée des Anglais. – Photochromie 16,6 x 22,4 cm. – Vers 1895

    Granville au XIXème siècle

    Bourdon, E. - Granville. La Haute-Ville et le Casino jan 96. - Photographie sur papier baryté. Janvier 1896

    Granville au XIXème siècle

    Bourdon, E. - Granville - Tranchée des anglais. - Photographie sur papier baryté. Janvier 1896


    votre commentaire
  • Granville au XIXe siècle

    Neurdein, frères. - Granville - La tranchée des Anglais. - Photographie au format cabinet sur papier albuminé. Vers 1886

    Granville au XIXe siècle

    Marinier, Jules. – Granville [- route de Saint-Pair]. - Photographie stéréoscopique aquarellée sur papier albuminé. Vers 1865

    Granville au XIXe siècle

    Granville : la ville haute, le casino de la plage. A notre chère maman. Granville, le 21 7bre 76. - Photographie stéréoscopique sur papier albuminé.

    Granville au XIXe siècle

    224 [Granville - Depuis le bout du port]. - Photographie sur papier albuminé 21,5 x 27,5 cm. Vers 1880

    Granville au XIXe siècle

    Granville – [La rue du Port]. - Photographie au format carte de visite sur papier albuminé. Vers 1875

    Granville au XIXe siècle

    Michaux, Hippolyte. - Vue de Granville [- Granvillaise]. - Photographie au format carte de visite sur papier albuminé. Vers 1872


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Carnet souvenir de la maison Neurdein au format carte de visite vers 1880

    LA MAISON NEURDEIN FRERES

    LA MAISON NEURDEIN FRERES

    LA MAISON NEURDEIN FRERES

    LA MAISON NEURDEIN FRERES

    LA MAISON NEURDEIN FRERES

    LA MAISON NEURDEIN FRERES

    LA MAISON NEURDEIN FRERES

     

    Ce sont des images bien connues de cette entreprise photographique car ses épreuves connaissent une commercialisation au format carte de visite, au format cabinet, puis différents formats plus grands. Ils ont également une diffusion sous forme de diapositives verre pour les projections pédagogiques.

     

    Quelques vingt ans plus tard les mêmes clichés seront réemployés pour la publication de cartes postales dites « nuage », puis pleine image… Ceci jusqu’à la première guerre mondiale.

     

     


    votre commentaire
  • ALPHONSE VICTOR LEMAÎTRE

    1829-1904

     

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

    Alphonse Lemaître par Lina Bonnot

     

    10 novembre 1829 naissance à Granville d’Alphonse Victor Lemaître.

    Vers 1841 il fait sa communion entre deux voyages car il est mousse. Depuis cette époque, comme mousse, il déteste les hommes.

    Matelot de 3ème classe le 16 novembre 1849.

    Bordeaux le 8 juillet 1854 revient d’un voyage sous les ordres du capitaine au long cours Houirf.

    Entre 1854 et 1855 il est matelot de 2e classe.

     Matelot de 2ème classe Lemaître Alphonse Victor a fait partie de l'expédition de Crimée depuis le 22 avril 1855 jusqu'au 26 mai 1855 étant embarqué sur le vaisseau "Le Turenne".

    Du 20 septembre 1855 au 5 avril 1856 il est sur Le Vaisseau d'Instruction "Le Suffren" commandé par M. Ohier pour obtenir son Brevet de matelot canonnier et qu'il a justifié devant nous de l'instruction théorique et pratique de canonnage nécessaire pour être admis sur les bâtiments de l’État comme matelot canonnier.

     Le Suffren : Vaisseau de 90 canons mis sur cale à Cherbourg le 21 août 1824, il fut lancé le 27 août 1829, et armé le 10 mars 1831. Ce navire de 4069 tonneaux avait une longueur de 60,50 m. Il portait 810 hommes d’équipage, avec des approvisionnements et des vivres pour huit mois. Construit sur les plans de la commission des constructions navales présidée par l’ingénieur Sané, il fut un des premiers vaisseaux à poupe ronde et murailles droites. Il est resté célèbre par ses qualités nautiques remarquables que l’on attribuait à l’augmentation de sa différence de tirant d’eau et au déplacement vers l’avant de son mât de misaine. A partir de 1855 le Suffren fut utilisé comme vaisseau-école des matelots canonniers. Rayé de la liste des bâtiments de mer en 1861, il fut conservé comme ponton-caserne. Le 8 avril 1865, au moment de l’ordre de mise en chantier du bâtiment suivant, il fut débaptisé et prit le nom d’Ajax.

     Au mois de septembre 1856 il s’embarque sur le trois mâts "Le Pascal" de Granville pour huit mois, en qualité de matelot, c’est ce qu’atteste le capitaine Cousin dudit navire. On apprend qu’Alphonse a des notions de calfatage. Il rentre à Nantes le 21 mai 1857.

    Brest le 20 janvier 1858 a obtenu la médaille 

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

      de l’Expédition d'Orient, médaille instituée par sa majesté la reine d'Angleterre.

    Le 6 mars 1858, au Havre, le capitaine Jamet, du navire "République", «certifie que le né Lemaître Alphonse, matelot à fait avec moi sur le [navire "République"] un voyage, et que j'ai reconnu en lui un homme de son état et courageux».

    Le Havre le 7 octobre 1858 le capitaine au long cour F. Lecannelier atteste d’un voyage sur le trois mâts français "Le Péri" en qualité de matelot où il se révèle être excellent pour la manœuvre et le calfatage. Le capitaine ajoute : «Et je le recommande d'une manière toute particulière à mes collègues ».

    Le 9 février 1859 il est de retour au Havre d’un voyage au Brésil sur le 3 mâts "Le Havre" commandé par le capitaine A. Blier.

    Il se marie à l’église Notre-Dame le 24 novembre 1859 avec Adèle Tesnière, qui lui donnera cinq enfants, quatre filles et un garçon. Sa femme est couturière et exercera ce métier toute sa vie. Un contrat de mariage est signé chez Maître Durier notaire à Granville. Régime de la communauté légale.

    La future épouse apporte en mariage : 1 lit complet, 1 armoire, 18 chemises, 11 draps, serviettes et taies d'oreillers, coiffes et mouchoirs de poche, ses bijoux estimés 1200,00 F.

     1860 : Son frère Victor Arsène est maître de cabotage.

    1860-1869 : Son père, Jean Jacques Lemaître, habite rue Saint-Gaud à Granville

    14 octobre 1860 : Naissance à Granville de sa première fille, Eugénie, à onze heures du matin.

      

    Sa femme Adèle et sa fille Eugénie vers 1861 par Auguste Ménard 

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

     Le 3 novembre 1860 il est de retour au Havre d’un voyage sur le trois mâts "La France" commandé par le capitaine au long cours Richard. Il est parti depuis le mois de février de la même année en qualité de maître d'Equipage.

     27 janvier 1861 mariage de sa sœur Rose Marie avec François Julien Jeanne.

     Matelot de 2ème classe 10 décembre 1861

    Arrive à la division de Cherbourg le 19 décembre 1861 pour être réadmis pour une période de trois ans. Il est matelot de 2e classe canonnier breveté.

    Son signalement est le suivant :

    Taille 1,65 m., poil blond, yeux gris, nez petit, front bombé, bouche moyenne, menton rond, visage ovale et Religion Catholique.

    Il embarque le 28 décembre sur "La Normandie". Il est Payé à Granville pour acompte de prime de réadmission la somme de 177,00F, puis 147,54 F. Enfin le 28 décembre 1861 il touchera la somme de 4,40 F.

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

    Andrieu, Jules. – 386 La rade le jour du départ pour le Mexique (Cherbourg). Vers 1861

     Le 7 janvier 1862 Son navire, « La Normandie » frégate blindée amiral, est devant Vera-Cruz avec les navires suivants : « Le Masséna », « La Guerrière », « L’Astrée », « L’Ardente », « L’Aube », « Le Montézuma », « Le Bertholet », « Le Lavoisier », « Le Chaptal », « Le Marceau », « La Foudre », « La Grenade », « La Meuse » et deux canonnières. C’est ce que nous apprend « Le Monde illustré » n°253 du 15 février 1862.

     ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

    1862 : Il est en permission 22 avril au 1er mai

    18 juin 1862 : Naissance de son fils, Alphonse Pierre, à trois heures et demi du matin.

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

      Son fils, Alphonse, vers 1882 par Godard

     Quartier-Maître canonnier de 2ème classe 1er juillet 1862 il Désigne 1,00F. de sa solde, à compter de cette date, à sa femme. Il part sur "La Normandie" : 1er juillet 1862 où il occupe le poste de canonnier de 2e classe, il sera débarqué le 16 décembre 1862.

    Il pris part à l'expédition du Mexique étant embarqué sur "La Normandie".

     Sa solde est de 216,88 F. (dont habillement 2,00 F. tabac et savon 0,70 F.)

    Habillement sur le "Normandie" 1862 :

    1 paletot, 1 caban, 2 pantalons de drap, 2 pantalons en toile blanche, 2 pantalons en toile de

    fatigue, 1 vareuse, 1 paire de guêtres en toile, 4 chemises en toile, 2 chemises en molleton, 2

    chemises en coton tricoté, 1 grand sac de toile, 1 petit sac de toile, 1 chapeau en feutre, 1

    chapeau en paille, 1 bonnet de travail, 1 bas de laine, 1 cravate en laine noire, 1 cravate en

    lasting, 1 paire de soulier, 1 jugulaire, 3 brosses + tabac et savon.

     

    Quartier-Maître canonnier de 1ère classe 1er juillet 1863. Il est sur "Le Darien" : 16 jours à 36,00 F.

    1863 : 1er janvier quartier maître de manœuvre de 1ère classe du 1er juillet 1863.

    Permission de 30 jours 1er janvier

    Solde 357, 77 F. pour 230 jours

    15 août au 13 septembre permission de 29 jours.

    Dirigé à ses frais sur la division de Cherbourg le 4 octobre 1863.

    Division de Lorient, 2ème Compagnie de dépôt 77,10 F. de solde.

    Venu de la division de Lorient le 4 octobre 1863.

    9 octobre embarque sur "La Sentinelle", solde 19,78 F.

    9 octobre 1863 au 27 décembre 1865 "La Sentinelle" 24 mois 18 jours à terre

    Sa prime de 0,50 F. le 9 octobre 1863

    Habillement sur "La Sentinelle" 1863 : Mêmes effets où l'on rajoute des rubans pour les décorations

    Services antérieurs à "La Sentinelle" 80 mois 5 jours à la mer

    2e Maître de manœuvre de 2e classe à la mer.

    Certificat de Bonne Conduite

    La frégate "Le Darien" commandé par M. Rapert capitaine de vaisseau.

    Conduite : exemplaire, servi avec zèle, honneur et fidélité, aptitude supérieure, observations : Ne saurait être trop recommandé.

    19 août 1863

    26 septembre 1863 sa mère meurt chez elle rue de la Vierge actuelle rue Valory. Son père se remarie avec Louise Françoise Robine.

     

    Proposé pour deuxième Maître de manœuvre le 1er juillet 1864

    Il reçoit son 1er chevron résultant de ses années de service le  1 février 1864

    2ème Maître de manœuvre de 2ème classe 13 juillet 1864

    "La Sentinelle" : 84 jours, solde 113,22 F.

    Solde pour 366 jours et demi 817,60 F.

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

      Le 12 décembre 1864 Lemaître Alphonse, quartier-maître canonnier de 1ère classe ayant pris part à l'expédition du Mexique étant embarqué sur "La Normandie" a obtenu la Médaille commémorative instituée par décret impérial le 29 août 1863.

     Proposé pour deuxième Maître de manœuvre le  1er juillet 1865. Certificat manuscrit de proposition pour le grade de 2ème Maître le1er juillet 1864 et le 1er juillet 1865 par le conseil permanent réuni à bord de «La Sentinelle».

    Bord 1er août 1865

    1865 : Débarqué et congédié le 27 décembre 1865

    solde pour 360 jours 656,00 F.

    Certificat de Bonne Conduite

    La Corvette mixte "La Sentinelle" commandé par M. Quesnel, lieutenant de vaisseau.

    Conduite : Bonne, servi avec honneur et fidélité, aptitude supérieure.

    20 décembre 1865.

    Certificat de Bonne Conduite

    "La corvette mixte "La Sentinelle" commandé par M. Quesnel, Quartier-Maître de manœuvre « qu'il a montré dans l'exercice de ses fonctions une aptitude supérieure ».

    le 26 décembre 1865.

    Deuxième Maître de manœuvre de deuxième classe du 13 juillet 1866

    8 octobre 1866 : Naissance de sa deuxième fille, Maria à minuit tapante.

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

      Sa fille, Maria, vers 1880 par Godard

     

    1867 : Rappelé à l'activité le 8 janvier provient de la division de Brest, passé au dépôt l 1 le 19 janvier 1867.

    Solde 11 jours de présence 65,48 F.

    19 janvier : Venu de la spécialité comme patron du canot du major général.

    Revient au 1er mai

    Solde 283,48 F. pour 102 jours de présence.

    22 août passé au division 2 comme patron du canot du major général.

    Solde pour 113 jours 287,98 F.

    Présent le 21 décembre 1867 Cherbourg 2ème Cie d'inscrits.

    Solde pour 132 jours 355,12 F.

    19 janvier 1867 au 26 janvier 1868 Cherbourg 12 mois 6 jours

    22 janvier 1867 or pour les décorations.

    Certificat du maire d'Equeurdreville

    "Nous Maire d'Equeurdreville certifions à qui il appartiendra qu'à l'incendie qui a eu lieu le huit courant, au hameau des Avoines à Equeurdreville, le Sr. Lemaître Alphonse, patron du major général, est arrivé des premiers sur le lieu du sinistre où il a porté les secours avec un dévouement digne d'éloge.

    Fait en mairie le 9 novembre 1867                Le Maire.

    Certificat du commissaire de Police

    Le commissaire de Police d'Equeurdreville déclare que pendant l'incendie qui a éclaté hier matin à Equeurdreville le né Lemaître Alphonse 2e maître de manœuvre, patron du canot de Monsieur le Major Général et les hommes qui étaient sous ses ordres ont constamment fait preuve de zèle et de courage pendant tout le temps de cet incendie

    Equeurdreville le 9 novembre 1865              Le commissaire de Police.

     

    26 janvier 1868 au 18 février 1871 navigue sur "L'Ariel" 36 mois 23 jours, 2e Maître 2e classe.

    Fonction temporaire : canonnier changé du 26 janvier 1868. Ce 26 janvier il est mis aux ordres du Commandant de la division navale du littoral.

    Cherbourg 2ème Cie 82,72 F. de solde pour 25 jours

    "L'Ariel" : 341 jours de présence 989,70 F. de solde.

    29 février 1868 : Sa sœur habite rue du Pont.

    10 juillet 1868 Cherbourg, Simon médecin major : "Lemaître Alphonse vacciné antérieurement avec succès"

    Décoré de la médaille militaire par décret 30 décembre 1868.

    Médaille Militaire

    Le 2e Maître de manœuvre Lemaître Alphonse Victor est informé que, par décret du 30 décembre 1868..., l'Empereur lui a conféré la médaille Militaire.

     Lors d’un voyage il s’arrête à Québec où les frères Livernois photographient son bateau. Trois clichés existent, sur l’un d’eux il apparaît : 

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE                             ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

     

    2ème Maître de manœuvre de 1ère classe 1er janvier 1869

    27 janvier 1869 : Naissance de sa troisième fille, Adèle Victorine à cinq heures du soir.

    Il reçoit le 2e chevron résultant de ses années de service le 12 février 1869

    365 jours et demi de présence, solde 1186,00 F.

    25 février 1869

    Réponse à une réclamation de la grande chancellerie de l'Ordre impérial de la Légion d'Honneur pour arrérages qui nous sont dus ainsi que votre certificat d'inscription a paiement en juillet chez le trésorier payeur général du département de la Manche.

    Certificat de Bonne Conduite

    L'Aviso à vapeur "L'Ariel" commandé par M. Turin... à Lemaître Alphonse Victor 2e maître de manœuvre de 1ère classe... Conduite bonne... servi avec zèle, honneur et fidélité "Aptitude parfaite il a obtenu la médaille militaire pour acte de dévouement" observation.

    le 20 mai 1869.

    5 mai 1869 décès de son père Jean Jacques en son domicile rue Saint-Gaud

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

      Sa fille, Adèle, vers 1880 par Godard

     Le 1er Mars 1870 il se signale par son courage et son dévouement dans un incendie à Granville.

    Signé de l'Officier en second et du commandant de "L'Ariel".

    1870 : Fait fonction d'Officier du 27 juillet (décision ministérielle du 28 avril 1869) cesse le 10 août puis du 22 août au 8 septembre.

    Présent le 31 décembre.

    365 jours et demi de présence, solde 1218,55 F.

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

          2 photos des frères Livernois à Québec            

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

     

     1871 : Fonction d'Officier du 12 janvier au 28 janvier.

    Débarqué et destitué à la division de Brest le 18 février ayant terminé trois années consécutives d'embarquement (a mérité un certificat de Bonne conduite).

    48 jours de présence, solde 172,00 F.

    En congé temporaire de 6 mois à solde de congé du 4 mai à passer à Granville (Ordre du Commandant et major général du 29 avril.).

    Rentre de congé temporaire le 7 juin.

    En congé temporaire de 6 mois du 5 juillet à passer à Granville, rejoint Brest.

    Venu de "L'Ariel" le 18 février est rappelé à l'activité le dit jour.

    Brest compagnie de Gabiers

    102 jours de présence

    215 jours de congé

    Solde : 695,20 F.

    25 mars 1871 : Naissance de sa dernière fille, Louise Marie, à minuit tapante. Il est Décoré de la médaille militaire.

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

     Sa fille, Louise, vers 1880 

     Habillement fourni par la Marine pour 1871

    1 paletot 18 mois, 1 caban 30 mois, 2 pantalons de drap 12 mois, 2 pantalons  de toile blanche

    9 mois, 2 pantalons de fatigue 12 mois, 1 vareuse 18 mois, 1 paire de guêtres en toile 6 mois, 4 chemises en toile 6 mois, 2 chemises en molleton 18 mois, 4 chemises en coton tricoté 6 mois, 1 grand sac en toile 36 mois, 1 chapeau en feutre verni 24 mois, 1 chapeau de paille 12 mois, 2 bonnets de travail 18 mois, 2 bas de laine 9 mois, 1 cravate en laine noire 12 mois, 1 cravate en lasting 9 mois, 2 souliers 4 mois, 1 jugulaire de bonnet de travail 4 mois, 3 brosses 4 mois, décorations de grade en or, décorations d'ancienneté cols de chemise.

     

    Il reçoit le 3e chevron résultant de ses années de service le 12 février 1872

    1872 : Rentre le 5 janvier. Dirigé en feuille de route sur la division de Cherbourg le 10 février.

    35 jours de présence, 5 jours de congé, solde 110,20 F.

    Venu de la division de Brest le 10 février, mis à la disposition du major de la flotte le 20 février.

    Cherbourg 10 jours de présence, solde 26,00 F.

    Transport "La Garonne" 2ème Cie du 20 février au 31 décembre. 316 jours de présence, solde

    965,00 F.

     La Garonne : Il s’agit de la neuvième Garonne, transport-écurie à hélice commencée à Brest le 2 mai 1856, et mise à l’eau le 22 octobre 1858, elle répondait aux caractéristiques suivantes : Déplacement... 1200 tonneaux. - Dimensions... 84,90 x 12,82 x 5,60 m. - Propulsion... une chaudière tubulaire, une machine horizontale de 900 ch., vitesse 9 à 10 nœuds. - Armement... 4 canons de 12 cm. - Equipage... 211 hommes. De 1872 à 1875, elle transporta des forçats et des passagers en Nouvelle-Calédonie. Désarmée en 1886, elle fut rayée des listes de la flotte le 2 avril 1891.

     Habite en 1873 128 rue Saint-Jean

    1er au 3 avril 1873 à terre Division de Brest 2 jours.

    9 avril 1873 au 20 février 1874 terre, disponibilité 10 mois 17 jours

    1873 : 1 avril destiné à la division de Brest (a mérité un certificat de Bonne Conduite n°1).

    90 jours de présence, solde 274,50 F.

    Débarqué de "La Garonne" le 1er avril

    En disponibilité à Granville le 3 avril

    du 3 avril au 31 décembre, solde 641,55 F.

    Habillement fourni par la Marine pour 1873

    1 paletot 18 mois, 1 caban 30 mois, 2 pantalons de drap 12 mois, 2 pantalons  de toile blanche 9 mois, 2 pantalons de fatigue 12 mois, 1 vareuse 18 mois, 1 paire de guêtres en toile 6 mois, 4 chemises en toile 6 mois, 2 chemises en molleton 18 mois, 4 chemises en coton tricoté 6 mois, 1 grand sac en toile 36 mois, 1 chapeau en feutre verni 24 mois, 1 chapeau de paille 12 mois, 2 bonnets de travail 18 mois, 2 bas de laine 9 mois, 1 cravate en laine noire 12 mois, 1 cravate en lasting 9 mois, 2 souliers 4 mois, 1 jugulaire de bonnet de travail 4 mois, 3 brosses 4 mois, décorations de grade en or, décorations d'ancienneté cols de chemise.

    Certificat de Bonne Conduite

    Transport "La Garonne" commandé par M. Rallier : Conduite Bonne, servi avec zèle en activité, aptitude supérieure, observations : "Très apte au métier de la mer, sait conduire les hommes met du zèle et de l'activité dans tout ce qu'il fait. Excellente tenue : en un mot le second maître serait parfait s'il pouvait prendre sur lui de recevoir convenablement les observations que ses supérieurs lui font".

    1873.

    20 février 1874 au 1er mars 1874 terre, Rochefort 11 jours

    1er mars 1874 en mer sur "L'Indre" 7 mois 6 jours

    7 octobre 1874 au 1er novembre 1874 terre, Cherbourg 24 jours

    1er novembre 1874 en mer "Le Kerguelen" 2 mois 16 jours

    1874 : Due 1er janvier au 16 février, solde 110,45 F.

    Admis le 20 février, provenant de disponibilité, embarqué le dit jour sur le bâtiment central de la réserve.

    Division de Rochefort 2ème Cie.

    9 jours de présence, solde 34,82 F.

    Transport à hélice "L'Indre" : 220 jours de présence, Solde 748,00 F.

    Venu de "L'Indre" le 7 octobre.

    Cherbourg : 25 jours de présence, Solde 68,75 F.

    "Aviso le Kerguelen" 61 jours de présence, solde 216,55 F.

    Certificat de Bonne Conduite

    Transport "L'Indre" commandé par le Baron Le Touvineau Hugon

    Conduite exemplaire, Servi avec zèle et fidélité, aptitude très bonne, observations : Excellent homme qui ne pêche que par excès de Zèle.

    Septembre 1874.

     10 février 1875 terre, Cherbourg 24 jours

    10 février 1875 au 10 février 1876 terre, réserve 12 mois

    1875 : 16 jours de présence, solde 56,80 F.

    17 janvier division de Cherbourg

    Permission de 8 jours du 27 janvier rentré le 3 février.

    10 février bâtiment central de Cherbourg.

    24 jours de présence, solde 66,00 F.

    Charge du 20 janvier. En permission de 20 jours du 7 juillet, cesse la charge deux. Rentre le 26 juillet ; reprend sa charge le 27 juillet sur "le Solférino". Présent le 31 décembre.

    Réserve Cherbourg.

    325 jours de présence, solde 1189,75 F.

    1876 : Débarqué et destitué à la division de Cherbourg le 10 février, ayant 1 an de réserve. 40

    jours de présence, solde 156,00 F.

    187 mois 20 jours tout à la terre qu'à la mer le 10 février 1876.

    1876 : Permission de 10 jours le 19 février 1876

    1er mars 1876 "Le Beaumanoir"

    20 jours de présence, solde 83,10 F.

    A mérité un Certificat de Bonne Conduite.

    Débarqué pour destiné division de Cherbourg le 20 septembre.

    203 jours de présence, solde 751,10 F.

    En permission de 10 jours du 30 septembre à Granville, 26 jours de solde 75,40 F.

    16 octobre 1876 : Embarqué sur"Le Tage"

    Débarqué destiné au bâtiment central de la réserve à Cherbourg le 19 novembre 1876 par permutation.

    34 jours de solde 108,80 F.

    Présent le 31 décembre 1876.

    43 jours de solde 146,20 F.

    Nouveautés dans l’habillement : décoration à dents 1 et 1 peigne en 1876

    1877 : Débarqué et destiné à la division de Cherbourg le 20 février pour être envoyé en disponibilité.

    50 jours de solde 170,00 F.

    En disponibilité 1ère catégorie du 22 février, se retire à Granville. 2 Jours de présence, solde

    5,80 F.

    Venu du D.2 le 3 juillet.

    En permission de 8 jours du 31 décembre

    Patron du préfet maritime section hors rang, Cherbourg 182 jours de présence, solde 690,00 F.

    10 février 1878 terre, Cherbourg

    1878 : Patron du préfet maritime

    Rentre le 7 janvier de permission.

    "Le Bouvet" : Embarqué le 19 avril, chargé du dix.

    108 jours de solde 410,40 F.

    Présent le 31 décembre.

    257 jours de présence, solde 1053,71 F.

    Nouveautés habillement : en 1878 Brosses à dents.

     Le Bouvet : Deuxième aviso à hélice à porter ce nom, en bois, commencé à Rochefort le 16 décembre 1872 et mis à l’eau le 23 mai 1876. C’était un bâtiment de 800 t., long de 60,19 m. et large de 8,59 m. muni d’une machine de 175 ch. construite à Indret, et armé d’une pièce de 16 cm. et de deux de 14 cm. Armé définitivement le 22 janvier 1878, il fut d’abord affecté à l’escadre d’évolutions de la Manche, puis détaché à Terre-Neuve, avant de rallier Toulon le 14 décembre. De janvier 1879 à septembre 1882 il fit campagne dans le Levant de janvier 1884 à décembre 1887, aux Antilles. Il fut rayé de la liste de la flotte le 2 avril 1891.

    1879 : Nommé Maître de manœuvre du 12 décembre

    "Le Bouvet" : 365 jours de présence, solde 1506,50 F.

    Présent le 31 décembre.

    Nouveautés habillement : En 1879 il a droit en plus à Habits, gilets, redingote, casquette avec coiffe, une veste en drap, galon en or brodé.

    Equipage de la flotte

    Le Sr. Lemaître (Alphonse Victor) second maître de manœuvre est informé que, par décision du ministre de la Marine et des Colonies en date du 12 décembre 1879 il a été promu au grade de Maître de manœuvre dans le corps des équipages de la flotte, en récompense de ses bons services

    Paris le 13 décembre 1879.

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

     Sa fille, Eugénie, vers 1880

    1880 : "Le Bouvet" puis passé sur le paquebot des N.N. "Erymanthe" le 18 juin pour rentrer en France. A reçu un certificat de Bonne Conduite.

    169 jours de présence, solde 977,40 F.

    Commandant du "Bouvet" : le 28 juin jour de son débarquement à Marseille arrivé à Toulon le 29 juin a été mit en disponibilité le 2 juillet 1880 1ère catégorie se retire à Granville rue Saint-Jean division de Toulon 2e Cie d'inscrits : 4 jours de présence, solde 15,60 F.

    Solde de juillet 90,00 F., solde d'août 117,40 F., solde de septembre 102,00 F.

    Granville le 13 octobre.

    18 octobre rappelé à l'activité spécialités Cherbourg.

    Présent le 31 décembre

    75 jours de solde 402,39 F.

    Aviso "Le Bouvet" Commandé par M. de Montesquiou Fezensac, capitaine de frégate. Aujourd'hui 17 juin 1880 une commission composée de MM. Masseron, lieutenant de vaisseau, officier en second, Aran, enseigne de vaisseau chef de quart, de Marlian, aide commissaire s'est réunie sur l'ordre du commandant à l'effet de procéder au récolement des objets portés à la charge du maître de manœuvres les SSrs Lemaître, maître de manœuvre et Autuche, maître de manœuvres ont assisté aux opérations de la commission. Le matériel a été reconnu complet par le Sr Autuche qui déclare en prendre charge à compter du 18 juin, et décharge a été donnée par lui au Sr. Lemaître, chargé jusqu'à ce jour...

    Certificat de Bonne Conduite

    L'Aviso "Le Bouvet" commandé par Montesquiou Fezensac capitaine de frégate

    Lemaître Alphonse Victor maître de manœuvre. Conduite : Exemplaire, servi avec zèle honneur et probité, aptitude : très bonne

    17 juin 1880.

     Il se fait photographier à Toulon, en 1880 par Lina Bonnot, installé 18 rue de Lorgues. Le magasin s’appelle « Photographie artistique Lina Bonnot ».

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

    1881 32 rue Saint-Jean à Granville

    Blessé en service commandé à bord de "L'Indre" le 22 avril 1881.

    Proposé pour la Légion d'Honneur le 22 mai 1881 à bord de "L'Indre".

    1881 : Croiseur "Le Dupleix" le 1er mars 1881.

    Le Dupleix : Corvette à vapeur, mise en chantier à Cherbourg le 9 octobre 1856 et lancée le 28 mars 1861. Il avait 61 m. de long, 11,40 m. de large et 5,10 m. de tirant d’eau, pour un déplacement de 1773 tonneaux. Une machine de 340 ch. lui permit de donner 13,5 nœuds aux essais. Il était armé de 10 pièces de 16 cm., et avait 190 hommes d’équipage. Entré en armement définitif le 26 février 1862, le Dupleix fut immédiatement affecté à l’escadre des mers de Chine. De 1876 à 1886, il réarma tous les ans de mars à octobre pour porter le guidon du commandant de la station d’Islande. Il fut rayé de la liste de la flotte en 1887.

    59 jours de solde 315,89 F.

    Hôpital le 28 mars.

    27 jours de présence solde 144,21 F.

    Sorti de l'Hôpital le 6 avril.

    Transport à hélice "L'Indre" du 10 avril 1881.

    4 jours de solde, 9 jours d'Hôpital 41,70 F.

    Débarqué et destiné à la réserve de Brest 1er novembre

    205 jours et demi de présence 944,75 F. de solde.

    En permission de 15 jours du 8 novembre à passer à Granville, rentre le 22 novembre.

    En détachement sur Toulon le 7 décembre.

    Gabiers division de Brest.

    36 jours de présence, solde 140,40 F.

    Toulon à terre du 11 décembre

    21 jours de solde dont 4 de route 101,70 F.

    Certificat Médical

    Je soussigné, Grisolle docteur de la faculté de Paris, médecin de 2ème classe, médecin major de "L'Indre" déclare, que le sieur Lemaître Maître de manœuvre de "L'Indre" a été blessé en service commandé dans la journée du 25 avril. Cet officier marinier a été fouetté à plusieurs reprises par une manœuvre raidie par le vent. Il en est résulté une large contusion avec ecchymosis de la paroi théorique et dorsale gauche s'étendant obliquement de l'angle de l'omoplate jusqu'à la région lombaire. Pas de trace de fracture de côte. Quelques crachats sanguinolents. Le lendemain à l'auscultation râles muqueux à la partie inférieure du thorse, très limités. En fin de quoi, j'ai dressé le présent procès-verbal conforme à mon registre de certifications médicales.

    A bord de "L'Indre le 11 octobre 1881.

    Port de Cherbourg Année 1881

    Le transport à hélice "L'Indre" commandé par M. Le Clerc capitaine de frégate.

    Certificat constatant des blessures reçu en service commandé.

    Je soussigné Reculeau, Auguste, lieutenant de vaisseaux de 1ère classe, officier en second, certifie que le nommé Lemaître, maître de manœuvre a été blessé ce jour, vingt six avril 1881 de par le choc d'une manœuvre raidie par le vent. Je certifie que cette blessure a été reçu en service commandé. En foi de quoi j'ai dressé le présent procès-verbal.

    à bord en mer...

    Certificat de Bonne Conduite

    Le transport "L'Indre" commandé par M. Le Clerc, capitaine de frégate... Lemaître Alphonse maître de manœuvre. Conduite : exemplaire, aptitude : supérieure, observations : Proposé pour la Légion d'Honneur le 22 mai 1881, blessé en service commandé le 22 avril 1881.

    1er novembre 1881.

    1er Maître de manœuvre 23 mars 1882

    1882 : 1er janvier "L'Hermione", 112 jours de présence, solde 9974,00 F.

    Débarque le 23 avril, cesse le 26 avril.

    "La Thétis" du 13 mai, 20 jours de présence, solde 82,00 F.

    Hôpital du 18 mai sorti le 24 mai, cesse charge le 26 mai.

    Division de Toulon du 27 mai, 8 jours de présence, 6 jours d'hôpital, solde 58,00 F.

    Provient de "La Thétis" le 27 mai

    Envoyé en convalescence de 2 mois à solde de congé le 4 juin à passer à Granville.

    8 jours de présence, solde 32,80 F.

    Convalescence passe à 4 mois du 4 juin

    Solde juin à septembre 362,95 F.

    Rentre de convalescence le 3 octobre.

    122 jours de congé, solde 898,01 F.

    Equipage de la flotte

    Le Sr. Lemaître, Alphonse maître de manœuvre est informé que par décision du Ministre de la Marine et des Colonies en date du 23 mars il a été promu au grade de 1er maître de manœuvre dans le corps des équipages de la flotte, en récompense de ses bons services.

    Paris le 23 mars 1882.

    Certificat de Bonne Conduite

    "L'Hermione" commandé par M. Valessio capitaine de vaisseaux... Lemaître Alphonse Victor 1er maître de manœuvre de 2ème classe. Conduite : Exemplaire, servi avec zèle honneur et fidélité, aptitude : très bonne, observations : Excellent serviteur sous tous les rapports.

    14 avril 1882

    Le Cuirassé "La Thétis"

    Certificat Médical

    Je soussigné, médecin de 1ère classe, médecin major du cuirassé "La Thétis" certifie que le né. Lemaître Alphonse âgé de 52 ans, 1er maître de manœuvre est atteint asthénie musculaire et sénilité, qui le rendent impropre a entreprendre une longue campagne. En conséquence il y a lieu de le présenter au conseil de santé, afin qu'il soit statué sur son état a bord le 25 mai 1882.

    La Thétis : Mise en chantier le 20 juillet 1865 à Toulon, cette corvette cuirassée (1865-1900) est le huitième bâtiment de notre marine de guerre à porter ce nom. Elle fait partie d’une série de sept unités type Alma construites sur plans Dupuy de Lome, destinées aux stations et divisions navales d’outre-mer. Dotées d’un éperon qui fait saillie de plus de trois mètres (3,15m.) au-delà de l’étrave, d’un réduit central et de deux tourelles «barbettes» en abord, elles prendront l’appellation de cuirassés de 2e rang le 1er janvier 1873, puis de cuirassés de station le 1er janvier 1880. Lancée le 20 août 1867 et armée le 14 janvier 1869, la Thétis présentait les caractéristiques principales suivantes : Coque... en bois avec oeuvres mortes avant et arrière en fer. - Protection... ceinture de 150 mm. réduit et traverses 120 mm. - Dimensions... 69,03 (pp) x 14,13 x 6,26 m. (te). - Déplacement... 3569 t. (5536 tonneaux). - Armement... 4 x 190 mm. dans le réduit cuirassé, 2 x 190 mm. en tourelles barbettes (1 par tourelle), 4 x 120 mm. sur les gaillards. En 1872, on rajouta deux canons de 190 mm. mais en 1873 on revint à l’armement primitif. - Propulsion... chaudière à 4 corps et 5 foyers (deux cheminées latérales) cylindres horizontaux (admission dans le cylindre milieu, détente dans les latéraux) ; fourniture Forges et Chantiers de la Méditerranée. - Puissance... 450 ch. nominaux, une hélice. - Vitesse... 12,22 nd. à 67 tours-minute. - Distance franchissable... 1620 milles à 10 nœuds (charbon 254 t.). - Mâture... gréement en trois-mâts barque, surface de voilure 1453 m².

    Désarmée après 1877 ou placée en réserve à diverses reprises, elle prend de nouveau armement le 8 octobre 1885 pour rallier la division navale du Pacifique. Peu après son départ du côté de Madère, elle perd son hélice et doit rentrer à Lorient à la voile. On la désarme alors à nouveau, mais en 1888 elle réarme une dernière fois pour être envoyée en stationnaire à Nouméa. Désarmée définitivement en 1895, la Thétis sera utilisée là-bas comme ponton, puis cédée à la colonie qui la vend aux établissements Ballande ; ceux-ci la feront démolir à Sydney en 1900.

    Certificat de Contre-Visite

    Division de Toulon le 27 mai 1882.

    Certifions que le né. Lemaître Alphonse 1er maître de manœuvre. Dressé au conseil par M. le commandant de "La Thétis", est atteint de débilité générale et qu'il a besoin d'un congé de convalescence de 2 mois.

    Toulon 26 mai 1882.

    Demande de prolongation de convalescence de 2 mois à l'appui un certificat de visite de M. le médecin major de "L'Elan".

    Granville 12 juillet 1882.

    Réponse : le préfet maritime a accordé une prolongation de congé de convalescence de 2 mois au Sr. Lemaître... Cet officier-marinier devra être de retour à la division le 3 octobre 1882 à l'appel de retraite.

    Brest 19 juillet 1882.

    Certificat de visite du médecin major de "L'Elan"

    Le Sr. Lemaître...atteint de débilité générale et d'asthénopie est dans le cas d'obtenir une prolongation de 2 mois de son congé de convalescence.

    Granville 10 juillet 1882.                  H. Hervé.

    L’Elan : Cet aviso à hélice fut le quatrième Elan. Construit aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à Graville, il fut mis sur cale le 19 septembre 1877 et lancé le 18 avril 1878, avec les caractéristiques suivantes :

    Déplacement... 237 tonneaux. - Dimensions... 40,51 m. x 6,23 m. x 2,10 m. - Propulsion... Une machine de 360 chevaux, 1 hélice ; vitesse 12,04 nœuds aux essais. - Armement... 2 espingoles, puis 1 pièce de 4 (ou 2 de 37 mm.). - Effectif... à l’origine 72, en 1907, 40 hommes. En 1889 il devint école de pilotage. Il fut rayé des listes de la flotte le 24 mars 1910.

    1883 : Placé en disponibilité 2ème catégorie le 7 mars en attendant la liquidation de sa pension de retraite, se retire 32 rue Saint-Jean à Granville.

    Gabiers Brest 65 jours de présence, solde 480,01 F.

    Retraité du 8 avril 1883.

    Du 8 avril au 1er janvier 1884, solde 688,67 F.

    6 décembre 1883 pension de retraite de 1379,00 F./An réglée sur le grade de 1er Maître.

    16 novembre 1849 au 1er avril 1883 = 25 ans 1 mois 14 jours dans la marine.

    Campagnes à la mer en paix 7 ans 15 jours

    Campagnes à la mer en guerre 2 ans 7 mois 15 jours

    Navigation au commerce 5 ans 7 mois 15 jours

    Total général 40 ans 7 mois 15 jours.

    Division de Brest : Compagnie de Gabiers

    Marine et colonies

    Pour M. le commissaire de l'inscription maritime à Granville. J'ai l'honneur d'adresser ci-joint à Monsieur le commissaire de l'inscription maritime à Granville le décret de solde du Sr. Lemaître Alphonse Victor, 1er maître de manœuvre de 2ème classe, inscrit à Granville fo. et n°278. Cet officier marinier a été placé dans la position de disponibilité (2ème catégorie) en attendant la liquidation de sa pension de retraite.

    Brest 24 mai 1883                  le capitaine N. Bourdon.

    Réponse : J'ai l'honneur de prier monsieur le commandant de la division de Brest de vouloir bien me faire connaître s'il n'y aurait pas erreur dans la 2e SS. de la présente note, qui indique que le Sr. Le Maître est placé en disponibilité. D'après le dire de cet officier marinier, il aurait été admis à faire valoir ses droits à la retraite du 30 mars dernier. Je viens en conséquence prier monsieur le commandant de la division de Brest de bien vouloir me faire connaître si cette décision lui a été notifiée afin que je puisse payer au Sr. Lemaître des acomptes sur sa retraite.

    Granville le 31 mai 1883                   Le commissaire.

    Dette publique 4,5 %

    Ministère des finances

    Exécution de la loi du 27 avril 1883 et du décret du même jour.

    Promesse d'inscription au Grand-Livre

    N°0,371,613               Rente 10 centimes.

    le porteur a droit a une promesse de rente quatre et demi pour cent de dix centimes avec jouissance du 16 août 1883.

    Paris le 26 novembre 1883.

     

    Adèle Tesnière sa femme par Charles Gallot 

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

     

    Contrat d'Assurance

    "L'urbaine"

    Compagnie anonyme d'assurance contre l'incendie

    Agence de Granville n°183 date 14 septembre 1885, effet du 15 septembre 1885, durée 10 ans, expiration 15 septembre 1895.

    M. Lemaître commune Granville Arrond. Avranches.

    Somme assurée 8000 F. prime 470 f. à Monsieur et madame Alphonse Lemaître, retraité de Marine, demeurant à Granville rue Saint-Jean n°32 agissant pour leur compte la somme de huit mille francs répartie ainsi qu'il suit savoir :

    Article 1er : Quatre mille francs un mobilier composé de meublants, armoire, lits complets avec sommiers, rideau, couronne, commode, pendule, ornements choisis, table ronde, table, toilette, table de cuisine, effets, linge de corps et de table, habillement du titulaire et de sa famille, vaisselle, table de cuisine, ustensiles et provisions de ménage, cidre, verre, batterie de cuisine, bijou, montre en argent etc.

    le tout sis à Granville rue Saint-Jean n°32 dans une maison construite en pierres couverte en dur appartenant à Mme Veuve Langronne prop. à Granville.

    Art. 2e : Deux mille francs pour et garantir d'un risque locatif

    Art.3e : Deux mille francs pour et garantir a des risques du voisins [?]

    Le C. répond en outre du dégâts que pourraient occasionner aux objets assuré la chute ou l'explosion de la foudre même non suivi descendu moyennant la prime supplémentaire de 0,70 %.

    L'assuré déclare que le bâtiment est construit en pierre et couvert en dur l'assurance est faite pour 10 ans à partir de demain 15 courant à midi, moyennant la prime de Quatre francs 50 centimes.

    Granville le 14 septembre 1885

    Le Maître                                E. Haise.

     

    26 octobre 1888 : Mariage à Notre-Dame de sa fille Maria avec Augustin Liou à Granville.

    11 août 1890 : Mariage à Notre-Dame de sa fille Adèle avec Gustave Raoux à Granville.

    20 juin 1891 : Mariage à Notre-Dame de son fils Alphonse avec Rosalie Blin à Granville.

    31 octobre 1893 : Naissance à Granville de son petit fils Augustin Liou.

    1893 : Naissance de sa petite fille Jeanne Lemaître

    1894 : Naissance de ses petites filles Marie Raoux et Renée Lemaître.

    9 avril 1894 : Mariage à Notre-Dame de sa fille Louise avec Auguste Berthelot.

    2 février 1895 : Naissance de Madeleine Berthelot sa petite fille.

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

    Sa petite-fille Madeleine à l’âge d’un an par Godard

     

    Contrat d'Assurance

    "L'Urbaine"

    Granville                                                                   M.Lemaître

    N°648                                                                        Granville

    15 septembre 1895                                                                Arrond. Avranches

    effet 16 septembre 1895                                                        Somme assurée 8000 F.

    durée 10 ans                                                               Renouv. police n°183

    Risque situé à Granville rue Saint-Jean n°30.

    Art.1er : Quatre mille francs (Idem précédent))

    Maison d'habitation à Granville rue Saint-Jean n°30, 2e étage et grenier.

    Art.2e : Mille francs : risq

    8 janvier 1896 : Naissance de sa petite fille Marguerite Liou.

    8 février 1898 : Naissance de sa petite fille Marie Berthelot.

    15 octobre 1901 : Naissance de son petit fils Maurice Berthelot.

    1902 ou 1903 : Naissance de son petit fils Maurice Lemaître.

    1903 : Naissance de sa petite fille Marthe Raoux.

    Il meurt le 6 mars 1904 chez lui 30, rue Saint Jean.

    1904 : Naissance de sa petite fille Simone Lemaître.

    République Française

    Marine Nationale

    Notification

    De la concession d'une pension à une veuve de marin , militaire ou assimilé.

    Par un décret du 9 sep. 1904 qui sera inséré au Journal Officiel et au Bulletin des lois, une pension montant à 723 Francs est accordée en vertu des lois des 18 avril 1831 et 8 août 1883 à Mme Veuve Lemaître née Tesnière, Adèle. Cette pension dont l'intéressée a déclaré vouloir percevoir les arrérages à Granville (Manche) sera inscrite au Trésor Public, avec jouissance du 7 mars 1904..Circonstance du décès du mari : [???] Titulaire d'une pension de retraite. Grade effectif 1er maître de manœuvre 723 Francs.

     Alphonse vers 1880 à 51 ans 

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

     

    Les témoignages oraux sur Alphonse Victor Lemaître

    Il a dit merde à son commandant.

    Homme très sévère, il imposait le vouvoiement entre enfants et parents sauf Louise qui disait TU.

    Il voulait que ses filles épousent des marins, mais elles n'ont épousé que des horsains.

    Vers la fin de sa vie, il était Suisse à l'église Notre-Dame.

    Apparaît dans l'Annuaire de Granville de 1892-1894-1895 comme retraité de la marine, 30, rue Saint-Jean.

    Il a été au Japon.                                                                                

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

    Il a rapporté des Jerseys, des coquillages du Brésil ainsi que la photographie d’une brésilienne.

     

    ALPHONSE LEMAÎTRE, MARIN DE GRANVILLE

     Brésilienne de son album photo

     

     Son Père

     Jean Jacques Lemaître

    -        Né le 3 septembre 1789 à Granville de Jacques Lemaître et Thérèse Jeanne Hignet

    -        Il se marie le 22 mars 1813 à Victoire Marion originaire de Donville.

    -        20 février 1815 naissance de son fils aîné Louis.

    -        17 novembre 1816 naissance de sa fille Marie Joséphine.

    -        16 janvier 1818 naissance de Jean Victor.

    -        27 janvier 1821 naissance d’Aline Rose, elle mourra le 17 novembre de la même année.

    -        26 août 1822 naissance de Joseph.

    -        21 octobre 1824 naissance de Pierre.

    -        8 novembre 1827 naissance de Rose Marie.

    -        10 novembre 1829 naissance d’Alphonse Victor (voir plus haut).

    -        19 juillet 1831 naissance de Victor Arsène.

    -        Entre 1831 et 1837 décès de Victor Arsène.

    -        15 juillet 1838 naissance d’un deuxième Victor Arsène.

    -        1851 habite 5, rue des Carosses, il est ancien marin et vit avec sa femme Victoire et cinq de ses enfants : Joseph, Pierre, Rose Marie, Alphonse et Victor.

    -        1860-1869 habite rue Saint-Gaud à Granville.

    -        1863 habite rue de la Vierge à Granville (aujourd'hui rue Valory). La même année décès de sa femme Victoire.

    -        Il se remarie avec Louise Françoise Robine.

    -        Décoré de la médaille de Sainte-Hélène sous Napoléon III, il a donc fait les campagnes Napoléoniennes.

    -        Il est mentionné marin en 1819, 1822, 1824.

     

     

     

    Copyright Yves Lebrec, son arrière-arrière-petit-fils

     

       

     

     




    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique